Menu
voyages d'affai voyages d'affai
Le magazine des déplacements professionnels
Spécial Voyages d'affaires

Rencontre - Bertrand Gosselin (CEO Thalys) : "Quand on arrive chez Thalys, on se sent accueilli par tout le monde."

Julien Hirsinger
03/04/2019

Après un long parcours à la SNCF, Bertrand Gosselin a pris les rênes de Thalys en janvier 2019. Rencontre du nouveau CEO d'un transporteur qui continue de renouveler son produit et étoffer son réseau.



Spécial Voyages d'affaires : Un mois après votre entrée en fonction, quelles sont vos premières impressions sur l'entreprise Thalys ?

Bertrand Gosselin : J’ai vraiment eu un choc devant la réalité de cette « chaleur humaine » qui est la marque de fabrique de cette entreprise, et qui est totalement incarnée par le personnel.
Quand on arrive chez Thalys, on se  sent accueilli par tout le monde. Derrière, on sent aussi une véritable fierté, un plaisir à travailler, du comité de direction jusqu’à l’opérateur qui  est à l’escale à Paris-Nord, en passant par les train managers, les conducteurs... Je pense que cet état d’esprit rejaillit sur l’accueil que les passagers peuvent trouver à bord de nos trains.

SVA : Restons sur cette « expérience du voyageur » : quelles améliorations peut-il attendre de la rénovation des rames annoncée en 2018 ?

B.G. : D’abord du confort supplémentaire, avec de nouvelles prises USB, un travail sur la lumière mais surtout des sièges encore plus confortables. L’autre apport fondamental de cette rénovation c’est le gain d’espace : +7 % pour les passagers et +15 % pour les bagages.

SVA : Quand les passagers Thalys pourront- ils découvrir ces nouveautés ?

B.G. : La première rame doit sortir à l’automne 2019 et, d’ici fin 2022, nos 26 rames auront bénéficié de cette rénovation conçue avec les designers Axel Enthoven et Matali Crasset.

SVA : Des évolutions sont-elles également prévues sur votre réseau ?

B.G. : Oui. Pour l’instant, notre offre, c’est 24 allers-retours par jour entre Paris et Bruxelles, 12 entre Paris et Amsterdam, deux entre Bruxelles et Amsterdam et 5 vers l’Allemagne.
À côté de cette offre annuelle, nous avons une offre « neige » l’hiver et une offre vers le Sud de la France l’été.
À cela va s’ajouter, à partir du 31 mars, une nouvelle offre entre Amsterdam/Bruxelles et Roissy-Charles-de-Gaulle/Marne-la-Vallée, avec deux allers-retours par jour ainsi qu’une nouvelle liaison entre Bruxelles et Bordeaux l’été.

SVA : Un an après son lancement, quel bilan faites-vous de votre nouvelle gamme tarifaire ?

B.G. : Elle nous a permis de mieux répartir nos clientèles et mieux répondre à leurs attentes, y compris pour les voyageurs d’affaires. Sur un an, le trafic a progressé de 14 % sur notre partie « première » (n.d.r. : Comfort 1 avant, Comfort + Premium aujourd’hui).

SVA : D’où viennent vos passagers aujourd’hui ?

B.G. : Le marché français représente un peu moins de 40 % de notre clientèle. La Belgique est à 17 %, les Pays-Bas à 14 %, l’Allemagne à 9 %, le reste de l’Europe à 4 %, mais le reste du monde est à 18 %.
On n’a pas forcément ça en tête quand on embarque dans un Thalys, où l’on retrouve aujourd’hui beaucoup d’Asiatiques ou d’Américains du Nord ou du Sud, notamment.
Cela fait partie du « package » quand ils viennent en Europe et font la tournée des capitales. Nos trains sont présents dans les guides, dans les offres des agences et il y a, chez cette clientèle, une vraie fascination pour la qualité du service ferroviaire que l’on trouve en Europe.
Notez


Dans la même rubrique :
< >





LIRE NOS PRÉCÉDENTS NUMÉROS



Nos autres publications