Menu
voyages d'affai voyages d'affai
Le magazine des déplacements professionnels
Spécial Voyages d'affaires

Mobilité : quand le travail s'invite à l'hôtel

Philippe Cadouère
08/10/2019

Face à la montée en puissance du coworking, les groupes hôteliers innovent en multipliant les concepts ou en convertissant des espaces peu utilisés en journée afin de répondre aux attentes de leurs hôtes, mais aussi pour attirer une clientèle d'affaires plus locale.


Mama Shelter Lyon
Mama Shelter Lyon
Bonne nouvelle : les hôtels proposent de nouvelles solutions pour travailler. Bien sûr, on trouvera toujours des clients qui préféreront pour cela profiter du cocon de leur chambre. Mais face à l’essor du coworking dans le monde, les hôteliers ne pouvaient rester sans réagir alors que leurs établissements accueillent des voyageurs d’affaires en mobilité.

L’hôtel Schani, à Vienne, a été le premier, dès 2014, à créer un espace de coworking, mais les chaînes comme les hôteliers indépendants ont suivi et amplifié le mouvement depuis lors, avec l’objectif d’insuffler de la vie en journée dans certains de leurs espaces. Et, surtout, d’améliorer leur rentabilité par la commercialisation de ces forfaits (à partir de 5 €/heure) et de prestations annexes (salles de réunion, conciergerie, restauration, bar à cocktails, salle de sport, piscine et espace bien-être…).
Car ces nouveaux espaces de travail séduisent également de plus en plus une clientèle locale : salariés en télétravail, freelances et professions libérales, micro-entrepreneurs… Ces utilisateurs réguliers apprécient l’offre technologique (au minimum : Wi-Fi, prises électriques et ports USB pour laptop et smartphone), l’ambiance feutrée – ou animée, c’est selon – et la possibilité d’organiser rendez-vous et réunions d’affaires dans un environnement design et chaleureux.

Chacun cherche son espace

Devenus incontournables dans les murs des jeunes chaînes trendy comme Mama Shelter, Okko Hotels, CitizenM, Moxy et autres 9Hotel, ces espaces de coworking ont obligé les autres chaînes hôtelières et les hôtels d’affaires à innover pour ne pas paraître « has been ».
Après avoir ouvert leur lobby, un salon ou la salle de petit déjeuner en journée, ces établissements profitent généralement de travaux de rénovation pour créer de véritables zones dédiées au travail partagé, particulièrement flexibles, comprenant open space, alcôves intimistes, bureaux fermés et salles de réunion. Des concepts sont ainsi testés avant d’être déployés à plus grande échelle sur une enseigne.
Certains hôtels ajoutent à cette offre un chariot de snacks et de boissons chaudes et froides, un zeste de nouvelles technologies et une touche d’équipements high-tech en option (ordinateurs, écrans digitaux, imprimantes voire studio d’enregistrement) ou encore des jeux (baby-foot, tables de ping-pong), comme dans certains espaces de coworking traditionnels.

Les liens entre hôtellerie et coworking sont devenus si étroits que des hôteliers ont investi le secteur comme Mama Shelter avec Mama Work ou AccorHotels, intégré au capital de Nextdoor (rebaptisé Wojo)… Mais l’influence joue dans les deux sens. Aussi, certains acteurs du coworking s’inspirent de l’hôtellerie en dotant leurs complexes de travail partagé de chambres ou suites, à l’image de WeWork avec le lancement de WeLive à New York et Washington. Plus près de nous, le nouveau Deskopolitan du boulevard Voltaire et son boutique-hôtel Bed & coworking propose un autre exemple de ce fertile mélange des genres. Mais il est loin d’être le seul...
 
Découvrez le dossier dans son intégralité sur le magazine en ligne
Notez


Dans la même rubrique :
< >





LIRE NOS PRÉCÉDENTS NUMÉROS



Nos autres publications