Menu
voyages d'affai voyages d'affai
Le magazine des déplacements professionnels
Spécial Voyages d'affaires

Billet d'humeur : les joies du partage

Julien Hirsinger
09/01/2019

"Il n'y a pas de petites économies" : le monde du voyage d'affaires n'échappe pas à ce frugal adage, qui chemine généralement main dans la main avec son cousin "les ruisseaux font les grandes rivières".


Rien d'étonnant, donc, à ce que les fournisseurs multiplient les actions de communication auprès des chargés de voyage pour leur faire savoir qu'il existe de nouvelles solutions pour économiser trois francs six sous sur le prochain déplacement de leur collaborateur. 

Tiens, prenons-en une au hasard : le taxi partagé. Pour peu que l'on se pique au jeu de la promo, la promesse est belle : économiser une dizaine d'euros sur la facture d'un taxi vers l'aéroport avec, en prime, une réservation simplifiée par la présence d'une appli ergonomique (on prévient tout de suite : on ne donnera pas de nom) qui permet de commander son véhicule en deux clics. L'aller vers Orly à 25€ depuis le centre de Paris; pas de doute, ça vaut le coup, alors on fonce. Sauf que...

Sauf que - c'est le principe du partage - ce n'est pas un horaire précis que l'on bloque mais un créneau d'une demi-heure. Sauf qu'on vous demandera d'attendre le taxi dehors au début du créneau, sans certitude aucune sur l'heure à laquelle viendra effectivement vous cueillir votre carrosse. 
Sauf que c'est long, parfois très long une demi-heure, surtout un petit matin de décembre, en Île-de-France...

Ça laisse en tout cas suffisamment de temps à votre voyageur pour gamberger et se demander si on a bien fait le lui mettre la rate au court-bouillon ("mais il est où ce taxi ?") et la santé en danger pour économiser 10€ - soit l'équivalent des deux boîtes d'Actifed qui risquent de lui être bien utiles au terme de cette intéressante expérience. 

Alors, ne vous étonnez pas si, la prochaine fois que vous lui proposerez ce genre de "bon plan", votre voyageur encore enrhumé vous objecte cet autre adage : "qui veut voyager loin ménage sa monture". 
Notez


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 9 Janvier 2019 - 15:01 Lisbonne, au revoir tristesse

Jeudi 6 Décembre 2018 - 14:47 Rio de Janeiro, goût nature






LIRE NOS PRÉCÉDENTS NUMÉROS



Nos autres publications