Menu
voyages d'affai voyages d'affai
Le magazine des déplacements professionnels
Spécial Voyages d'affaires

Amalty, la belle inconnue

15/11/2019

Capitale historique et économique du Kazakhstan, un pays cinq fois plus grand que la France : sur le papier, ça vous pose quand même une ville. Et pourtant, Almaty continue de souffrir d’un certain déficit de notoriété. Pour longtemps? Pas sûr, pas sûr...


C’est le neuvième pays du monde en termes de superficie. Et pourtant – on a fait le test – peu de gens peuvent l’identifier sans hésitation sur une carte muette...

Malgré ses 2,7 millions de kilomètres carrés, le Kazakhstan peine encore à se démarquer des autres États en « -stan » nés de la dislocation de l’URSS et à susciter un imaginaire qui lui soit propre, une fois sorti des récits épiques de l’empire mongol ou des clichés caustiques façon Borat. Mais le Kazakhstan est-il vraiment ce pays ingrat que s’amusait à décrire Sasha Baron Cohen dans son film ?

Cet a priori s’évanouit dès l’abord de l’aéroport d’Almaty, lorsque le paysage languissant de la steppe s’arrête soudain au pied des blanches cimes de la chaîne du Tian Shan. Ces montagnes – qui culminent quand même à près de 5 000 mètres d’altitude – serviront de toile de fond permanente pour le visiteur de cette ville inattendue, qui surprend par sa placidité, sa « coolitude », le décor reposant des allées d’arbres qui bordent ses avenues, la grâce éclectique d’un patrimoine architectural où l’influence orientale rencontre le souvenir de l’époque soviétique.

Objectif promotion

Verte mais urbaine, particulièrement hospitalière pour les piétons, Almaty est une ville plaisante qui gagne résolument à être connue. Vous êtes désormais au courant ; vous ne serez bientôt plus les seuls. Car la ville comme le pays ont engagé une vaste campagne de communication qui vise à mieux mettre en valeur les atouts touristiques de la destination. Et elle porte déjà ses fruits : sur un an, le nombre de visiteurs étrangers débarquant à l’aéroport d’Almaty a augmenté de 28 % et le nombre d’hôtels et auberges de jeunesse présents dans la ville est passé dans le même temps de 237 à 320.

Certes, au premier rang des visiteurs, on retrouve d’abord les voisins russes, suivis – de très loin – par les ressortissants des autres pays frontaliers (Chine, Kirghizistan, Ouzbékistan...). Les contingents européens restent pour l’heure beaucoup plus modestes, mais il y a fort à parier qu’ils grandiront au cours des prochains mois pour installer la « Ville des pommes » sur la carte des lieux qui méritent le détour. Et même le voyage.
Notez


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 3 Décembre 2019 - 16:36 Coup de zen au Novotel de Roissy






LIRE NOS PRÉCÉDENTS NUMÉROS



Nos autres publications